Sourire-idéale

Sourire gingival, sourire édenté : Causes et solutions esthétiques

Problèmes de sourires et leurs causes

Les problèmes de sourires peuvent avoir de multiples causes, dans cet article, nous exposerons les causes principales des problèmes de sourires.
Dans un second temps, nous tenterons de montrer les solutions et les transformations réussies de sourires gingivaux et édentés.
Enfin, nous tenterons de conclure sur le sujet et sur les pratiques qui ensemble permettent une correction esthétique complète du sourire.

Les causes labiales

En fonction de la cause on pourra redonner du volume à des lèvres trop minces, remonter une lèvre supérieure trop longue ou la repositionner.

Plusieurs raisons sont possibles pour expliquer une asymétrie du sourire :

  • Les lèvres peuvent présenter des « problèmes de dégagement ».
  • Des asymétries sont présentes au niveau du visage : le nez, les lèvres, les dents et parfois le menton sont alignés de telles façon qu’il créent ou accentuent l’effet d’asymétrie.

Sourire_probleme

(A et B) Ces deux images identiques, représentent un sourire dit asymétrique qui jusqu’alors n’a fait l’objet d’aucun traitement orthodontique. Ce sourire asymétrique est le résultat d’une position des lèvres asymétrique.

Les photos ont été cadré sur le plan inter-pupillaire, ligne horizontale passant par le centre des yeux. Le plan inter-pupillaire sert de référence horizontale pour le visage.

A ce sujet, sur l’image à droite (B), on peut distinguer que le plan occlusal (ligne bleue) est quasi totalement parallèle à la ligne dite inter-pupillaire.

La ligne rouge passant par les 2 commissures de la lèvre supérieure, dénote l’inclinaison asymétrique de la lèvre lors du sourire.  Comme on peut le constater, plus de dents restent visibles du côté droit où la lèvre est plus haute, ce qui crée l’asymétrie. 

Les causes dentaires et gingivales

Les causes dentaires et gingivales requièrent souvent des traitements assez classiques : Dentaires (comme les soins ou prothèses..), implantologie (implants dentaires), traitements de types orthodontiques et/ou parodontaux (assainissement gingivales, gingivectomies, etc…).

Les causes maxillaires

Sourire gingival

sourire-gingival-maxillaireLa plupart des cas de sourires gingivaux sont caractérisés par un excès de croissance du maxillaire, résultant par une exposition notable des dents au repos. C’est ainsi, qu’au cours du sourire, la gencive est considérée trop découverte : c’est ce que l’on appelle communément le sourire gingival (c’est le cas le plus fréquent).

Il faudra une intervention chirurgicale pour améliorer un sourire gingival dont la cause est maxillaire. Il s’agira de remonter l’ensemble de l’arcade dentaire maxillaire dans le cas du sourire gingival.

Sourire Edenté

Sourire_edenteCette fois-ci, à l’inverse du sourire gingival, la cause provient généralement d’un maxillaire insuffisamment développé. Entraînant un sourire découvrant peu voire pas du tout les dents donnant un aspect de “sourire édenté”.

Le traitement de ce sourire est également chirurgical. Il s’agira d’abaisser l’ensemble de l’arcade dentaire maxillaire dans le cas du sourire édenté.

Quelles solutions ? Avant / Après

Le sourire gingival

La demande de correction/amélioration d’un sourire gingival est assez fréquente.

L’analyse par un professionnel du sourire est une étape cruciale pour déterminer sa ou ses multiples causes et pour proposer le bon traitement.

Le sourire gingival peut être dû:

– A une hypertrophie de la gencive. L’excès de gencive sera réséqué (gingivectomie)

gingivectomie-sourire-gingival

Note : L’importance des tissus gingivaux !

Jusqu’à il y a peu, on pensait que les paramètres dentaires étaient prédominants. Mais certains auteurs (Garber et Salama,1996) ont démontré l’importance des tissus gingivaux qui définissent un cadre aux dents. Le rapport dent/gencive est à harmoniser afin que l’un des deux ne soit jamais en excès

Un autre facteur important est à prendre en compte, il s’agit du biotype parodontal lié au patient, qui est divisé en :

    • biotype fin ;
    • biotype épais ;
    • biotype intermédiaire

IMPORTANT : Plus le biotype est fin, plus la chirurgie laissera de cicatrices et plus le risque de récessions sera élevé. C’est la raison pour laquelle il faut souvent associer à la pose de l’implant, une chirurgie parodontale d’apport de tissu conjonctif afin de modifier localement le biotype (Pradeep et Karthikeyan, 2006).

– A une malposition dentaire (les incisives sont trop descendues et/ou trop en avant) nécessitant alors un traitement de type orthodontique afin d’obtenir l’alignement et le nivellement dentaire désiré.

– A la lèvre supérieure qui peut être :

  • Trop courte, laissant apparaître la gencive et les dents au repos et encore plus au sourire. Il faut alors considérer un repositionnement chirurgical de la lèvre supérieure. Cette intervention est réalisée sous anesthésie locale et vise à limiter la remontée de la lèvre lors du sourire. Elle est indiquée dans des formes modérées de sourire gingival.

levre-courte-sourire-gingival

  • Trop tonique remontant trop haut lors du sourire. Il faut envisager des injections de toxine botulique dans les muscles releveurs de la lèvre pour les affaiblir et empêcher la lèvre de remonter.
    Sourire_gingival_avant_apres

    Traitement avec toxine botulique pour limiter l’action des muscles releveurs de la lèvre supérieure.

– A un excès de croissance verticale du maxillaire.

  • l’examen au repos montre que les lèvres ne se touchent pas, les dents et parfois la gencive sont exposées. La gencive apparaît beaucoup trop visible au sourire.
  • Les examens radiographiques confirment l’anomalie osseuse.
  • Le traitement est chirurgical. L’ostéotomie maxillaire d’impaction permet, en diminuant l’excès de hauteur d’os maxillaire, de remonter l’arcade dentaire (voir ostéotomies). Les rapports entre la lèvre supérieure et l’arcade dentaire au repos et lors du sourire seront normalisés.

Note : léger rappel sur le maxillaire et sa fonction

Le tissu osseux maxillaire est de principalement alvéolaire, sa croissance est assez faible et de plus, dépend en grande partie, d’autres facteurs localisés tels que : la croissance dentaire, la position de la langue (tant à la déglutition qu’au repos), de la respiration, de la tonicité musculaire, de l’accroissement verticale de la mandibule, etc.

Exemple 1 : Correction d’un sourire gingival par ostéotomie dite “d’impaction du maxillaire”

sourire_gingival_avant

Sourire-gingivale-après

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exemple 2 : Correction d’un sourire gingival par ostéotomie dite “d’impaction du maxillaire” associée à une diminution de hauteur du menton

Sourire_gingival_avant_après_correction_menton

Sourire Gingival avant après correction de la hauteur vertical du menton

 

Encore à ce jour, il demeure difficile de décrire l’ensemble des causes dysfonctionnelles à l’origine d’un développement excessif du maxillaire tant elles sont intriquées et nombreuses. C’est pourquoi, le sourire gingival nécessite une étude globale de la dentition, de la fonction respiratoire, masticatrice et du squelette facial.
La prise en charge reste donc pluridisciplinaire : le plus souvent dentaire, orthodontique, quand nécessaire maxillo-faciale, et parfois également orthophonique et ORL.

 

Le sourire édenté

Sa correction ne peut être que chirurgicale. Elle est obtenue par une ostéotomie maxillaire d’abaissement qui permet d’harmoniser les rapports lèvre supérieure/dents et de découvrir le sourire. Elle peut être dû à d’autres soucis qui sont souvent également traités de façon chirurgicale. Nous vous suggérons de consulter un professionnel de santé afin de déterminer les solutions envisageables et les résultats atteignables selon votre cas particulier. 

sourire_edente_avant_apres

Avant / Après d’un sourire édenté chez une femme quadragénaire.

Conclusion

Souvent, pour tous ces traitements, une collaboration interdisciplinaire sera nécessaire afin de mener à bien une amélioration de votre sourire.

Le plus souvent, l’orthodontiste planifiera les mouvements dentaires pour répondre aux besoins du dentiste qui à son tour, devra restaurer les dents. Il est en général difficile, voire quasi impossible, pour un dentiste seul d’obtenir un bon résultat, jugé satisfaisant après traitement sur le plan esthétique, sans faire appel à aucune forme d’orthodontie. De la même façon, l’orthodontie, seule, ne peut corriger tous les problèmes du sourire rencontrés.

Mais, nous l’avons également vu, dans certains cas, il faudra faire appel à d’autres professionnels tant le sourire peut être complexe à traiter dans son intégralité (chirurgien maxillo-facial, ORL, orthophoniste).

Dans notre prochain article, nous verrons comment les stars les plus renommées (acteurs, actrices, présentateurs, présentatrices, etc.) et les plus réputés pour leur beauté sont elles même passées par la correction de leur sourire plus ou moins tardivement pour améliorer de façon spectaculaire l’harmonie de leur sourire et de leur visage.

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier.: